Pourquoi traverser une épreuve peut redonner du sens à la vie ?

1 mars 2022

Sens

Face au deuil, face à la maladie, la première crainte est souvent que rien ne soit plus comme avant, que notre bonheur soit affecté durablement. Traverser une épreuve peut pourtant être l’occasion de redonner du sens à la vie. Un grand chamboulement qui permet d’ouvrir les yeux. Ce n’est alors plus la quête du bonheur, mais la quête du sens qui guide. Un changement de perspective aussi satisfaisant qu’épanouissant dont Emily Esfahani Smith nous livre les secrets dans le livre « Je donne du sens à ma vie »

Le temps de la réflexion pour se remettre dans le bon chemin

« La vie, c’est ce qui vous arrive alors que vous étiez en train de prévoir autre chose »

John Lennon

Difficile pourtant d’accepter que la vie puisse aussi être synonyme de maladie. Les épreuves s’imposent ainsi souvent sans crier gare. Et il est alors particulièrement difficile d’y déceler quoi que ce soit de positif. Dans un premier temps tout du moins. 

Car une fois l’épreuve acceptée, admise, elle peut aussi servir de formidable point de départ pour changer de perspective sur le quotidien. Certains iront ainsi jusqu’à parler de révélation… Tout ce qui était pris pour acquis et que l’on croyait important jusqu’ici ne l’est plus. Les règles du jeu sont chamboulées, les repères vacillent. Tout est à réinventer.

Le temps de l’épreuve est donc aussi le temps de la réflexion. On réalise parfois que le chemin de vie que l’on empruntait jusqu’ici s’écartait largement de la vérité. Il est alors question de redonner un second souffle mais aussi un nouveau sens à sa vie. L’épreuve se transforme finalement en cadeau inespéré, pas empoisonné, pour se remettre dans le bon chemin. 

Et si le sens, c’était le nouveau bonheur ?

Dans son livre « Je donne du sens à ma vie », Emily Esfahani Smith revient largement sur ce chemin tortueux que nous empruntons tous vers cette course effrénée au bonheur. Lorsqu’on demande aux gens ce qu’ils veulent dans la vie, ils répondent ainsi inlassablement : être heureux.

L’autrice et journaliste est pourtant catégorique. La quête du bonheur est une illusion qui semble toujours nous échapper nous laissant alors profondément insatisfaits. Le bonheur est ainsi aussi difficile à atteindre qu’à figer. Un caractère éphémère parfois source de beaucoup d’amertume et de frustration. 

En se basant sur les avancées récentes en psychologie, Emily Esfahani Smith propose alors de changer de perspective sur ce qu’une existence réussie signifie. Une vie qui vaut la peine d’être vécue ne serait-elle pas le fruit du sens qu’on lui donne plutôt que du bonheur que l’on attend d’elle ?

Pour illustrer son propos, l’autrice s’appuie ici sur les travaux de William Breitbart, psychiatre américain ayant travaillé avec des malades se sachant condamnés. Alors qu’au début de la thérapie, les patients étaient profondément déprimés face à cette sentence irrévocable, Breitbart est parvenu en quelques séances à leur redonner espoir et envie de vivre. Comment ? En les aidant à redonner du sens à leur fin de vie à travers notamment un « projet d’héritage ». Moins anxieux, moins déprimés, les patients ont ainsi vu en cette épreuve une formidable opportunité de redonner de s’épanouir à travers cette quête du sens. 

Traverser une épreuve peut ainsi être une occasion unique de se poser la question du sens que l’on souhaite donner au reste de sa vie. Un objectif facilement atteignable aux résultats tangibles, loin, très loin de cette quête du bonheur illusoire.

Les 4 piliers à explorer

Mais comment alors trouver le sens de sa propre vie ? Emily Esfahani Smith propose ici de s’appuyer sur ce qu’elle a nommé les 4 piliers fondamentaux. 

Un sentiment d’appartenance

Le premier d’entre eux est donc le sentiment d’appartenance. « Trouvez votre tribu, et comptez sur elle » nous dit l’autrice. Faire partie d’un groupe, nouer des liens, se sentir soutenu mais aussi faire preuve de solidarité est ainsi essentiel pour redonner du sens à la vie.

Une raison d’être

Vivre, oui, mais pourquoi ? Ce qui nous pousse à nous lever le matin et à continuer d’avancer, c’est ce qu’Emily Esfahani Smith nomme la raison d’être. Pour parvenir à l’identifier, il faut se pencher sur ce qui nous motive mais aussi sur les valeurs qui nous animent. 

Une histoire à raconter

L’autrice de « Je donne du sens à ma vie » propose ici de faire le récit, c’est-à-dire, de verbaliser ou d’écrire tout ce qui forge notre identité. Une façon de comprendre mais également de se réapproprier son histoire.

Un sentiment de transcendance 

Quatrième et dernier pilier pour redonner du sens à la vie : le sentiment de transcendance. Emily Esfahani Smith nous encourage ici à ressentir pleinement et souvent l’émotion qui nous submerge devant quelque chose qui nous dépasse, comme un coucher de soleil ou une œuvre d’art. 

Un programme de réflexion simple sur lequel s’appuyer pour redonner du sens à son existence. 

Faites votre Ikigai

La quête du sens est une question dont on se préoccupe aussi en Asie. Les Japonais ont ainsi développé une technique permettant de trouver sa raison d’être : l’Ikigai. Une approche de plus en plus populaire en Occident.

L’Ikigai est ainsi ce qui se trouve à la conjonction de plusieurs préoccupations. La mission, la passion, la vocation, la profession. Car si cette technique permet de redonner du sens à la vie, elle permet également de redonner du sens à la carrière professionnelle. 

L’Ikigai se détermine alors en répondant à quatre questions. Qu’est ce que j’aime ? De quoi le monde a-t-il besoin ? Quels sont mes talents ? Pour quel travail puis-je être rémunéré ? Un véritable et profond travail d’introspection qui demandera là encore de la réflexion, mais qui occasionnera sûrement des changements de vie majeurs, pour le meilleur !

Car même si l’on en redoute les conséquences, traverser une épreuve est donc une formidable opportunité de redonner du sens à sa vie en se reconnectant à ses envies et à son moi profond. Le premier jour du reste de notre vie commence maintenant…