Déconstruire les idées reçues sur le handicap au travail

20 septembre 2023
Le handicap au travail est encore un sujet sensible en 2023. Malgré des avancées notables, de nombreux préjugés subsistent. En 2021, 628 800 travailleurs handicapés étaient employés dans les 107 900 entreprises assujetties à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). Mais quelles sont les idées reçues les plus répandues? Et comment y faire face?

Le contexte du handicap en France

En France, le taux de chômage des travailleurs en situation de handicap est 2 fois plus élevé que celui du reste de la population active, bien que les entreprises de plus de 20 salariés aient l’obligation d’embaucher 6% de travailleurs handicapés. Les principales difficultés résident à la fois dans le recrutement mais aussi le maintien en emploi.
Qu’est-ce qui freine les employeurs ?

Les raisons invoquées pour ne pas embaucher des personnes en situation de handicap varient, mais certaines reviennent fréquemment:

  • Les questions d’accessibilité : Bien que seuls 15% des embauches de personnes en situation de handicap nécessitent un aménagement, le mythe persiste. Les entreprises ont une obligation légale de rendre leurs locaux accessibles depuis 2007. Cependant, l’aide financière de l’État est souvent méconnue.
  • La crainte de l’absentéisme : Contre toute attente, le taux d’absentéisme des personnes concernées est inférieur à celui des personnes valides.
  • La surveillance accrue : Beaucoup pensent que les travailleurs en situation de handicap nécessitent une attention constante. Pourtant, 65% des employés estiment que leur présence n’augmente pas la charge de travail de l’équipe.
  • L’intégration au sein de l’équipe : Malgré les préjugés, 88% des salariés trouvent aisé de travailler avec des personnes concernées par un handicap et estiment qu’elles sont bien intégrées
  • Les compétences inférieures : La productivité ne dépend pas du handicap d’une personne, mais de ses compétences, de sa formation et de son expérience. Nombre de personnes concernées sont tout aussi performantes, voire plus, que leurs collègues non handicapés dans des domaines spécifiques.

Faire bouger les idées reçues

Pour combattre ces préjugés, plusieurs outils et aides sont à disposition des employeurs:

  • Accompagner : Proposer une ou plusieurs plateformes ressources pour accompagner le handicap en entreprise. Elles offrent du contenu de qualité afin de mieux accompagner ces sujets dans le monde du travail.
  • Sensibiliser : Mettre en place des conférences et des formations pour l’ensemble des équipes contribue à casser les représentations
  • S’entourer : Les médecins du travail, par exemple, peuvent également aider à orienter et à informer les entreprises. Les assistant(e)s sociales et les référent(e)s handicap sont aussi très utiles pour encadrer ces sujets.

Chez Coline, par exemple, vos collaborateurs peuvent également bénéficier de l’accompagnement de patients partenaires formés à partager leur savoir expérientiel.

Le mot d’Alix Decroix, référente handicap

Les idées reçues et les préjugés en matière de handicap sont en effet encore trop répandus.

J’ai pu expérimenter à plusieurs reprises la puissance des témoignages. Faire témoigner un collaborateur en situation de handicap sur son expérience, son parcours, la manière dont il vit son handicap dans son quotidien de travail… c’est montrer qu’il est possible de mener une carrière dans de bonnes conditions. Ces retours d’expérience ont un double bénéfice : rassurer les managers, oui, on peut travailler avec des collaborateurs en situation de handicap et compter sur leur présence, leur autonomie, leurs compétences… et oui on peut être en situation de handicap et le révéler à son employeur sans risquer de mettre en péril son parcours professionnel !

La lutte contre les discriminations au travail passe par une meilleure communication et une sensibilisation continue. En déconstruisant les préjugés sur le handicap, nous pourrons travailler vers une société plus équitable où chaque individu est jugé sur ses compétences plutôt que sur ses singularités.
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la newsletter de Coline Care est confirmée.

Maximum deux e-mails par mois

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la newsletter de Coline Care est confirmée.

La newsletter qui handi-long

Maximum deux e-mails par mois