“Je crois fermement, que ce soit à un jeune âge ou à l’âge adulte, il est crucial de reconnaître nos différences physiques, sociales et d’expérience de vie.” témoigne Daisy Fraysse

23 février 2024

Initiatives, Médias

Daisy, 38 ans, à un parcours de vie et professionnel un peu atypique. Elle est DYS et TDAH, ce qui a teinté son parcours professionnel. Initialement diplômée des beaux-arts de Clermont-Ferrand, elle est devenue infirmière par amour du contact humain et du soin. Tout a changé il y a quelques années lorsque son deuxième fils, Eliott, a été diagnostiqué autiste. Ses besoins étaient incompatibles avec ses horaires d'infirmière, alors elle a quitté son emploi pour s'occuper de lui, se retrouvant ainsi, malgré elle, femme au foyer. 
Déterminée à s'épanouir, elle a décidé de reprendre le dessin pour partager son expérience sur les réseaux sociaux, pensant ne pas être la seule dans cette situation. Son travail a trouvé écho, et avec ses compétences d'infirmière, Daisy est devenue illustratrice à temps plein, abordant des thèmes de santé et de handicap. Elle fonde les p’tits potes. Témoignage.

As-tu toujours travaillé à temps plein en tant qu’illustratrice pour des entreprises qui partagent tes valeurs d’inclusion, en abordant spécifiquement des sujets d’inclusion, ou es-tu active dans divers domaines en tant qu’illustratrice ? 

J’ai toujours privilégié de collaborer avec des entreprises partageant mes valeurs, même si j’ai également réalisé des illustrations purement médicales grâce à ma double compétence. Travailler sur des sujets de sensibilisation et de partage m’a toujours passionnée, en créant notamment des binômes illustrateurs et patients pour donner la parole aux témoignages. J’ai illustré des expériences liées à la sclérose en plaques et au Centre Ressources Autisme Île de France, mettant en lumière les expériences des patients et de leur entourage. Mon objectif a toujours été d’être un allié dans mon travail, en donnant une voix aux autres. Après quelques années d’activité sur les réseaux sociaux, j’ai décidé d’utiliser mes compétences et expériences pour sensibiliser les enfants au handicap, à la différence, à la tolérance et à la diversité.

C’est donc de là aussi que cette idée des P’tits Potes est née, j’imagine. Tu allies ton expérience d’infirmière à ton nouveau travail d’illustratrice? 

Je fournis des outils pédagogiques abordant des concepts comme la pyramide de Maslow, tout en proposant des ressources concrètes pour expliquer le handicap, l’épilepsie et la dyslexie aux enfants. 

“Mon objectif est de simplifier la compréhension des diverses pathologies pour les enfants en utilisant un langage adapté, afin de favoriser une meilleure compréhension de la diversité dès le plus jeune âge”

Comment pourrais-tu présenter l’initiative des P’tits Potes ?

Les P’tits Potes, ce sont des outils variés comme des vidéos, des fiches, des affiches, mais aussi des conférences pour enfants qui visent à sensibiliser le public scolaire et à travers eux, les adultes également à la différence et à la diversité. J’aborde des thèmes essentiels comme l’exclusion, l’inclusion, l’empathie, la diversité, et ce que signifie être un allié. Je détaille les différents types de handicaps et explique des pathologies spécifiques pour aider les enfants à comprendre les besoins de leurs pairs, comme les soins liés au diabète ou les comportements des enfants autistes. Je clarifie également les prises en charge, y compris l’ergothérapie et le rôle des psychologues, afin d’élargir la compréhension des enfants sur la diversité des situations et des solutions.

Mes vidéos rencontrent un grand succès, notamment celles où j’explique en deux minutes certaines thématiques. Je les publie chaque mercredi, sachant qu’elles sont attendues et utilisées par les enfants, même pour créer des exposés scolaires. Ces outils offrent une information simple, ludique et authentique pour les enfants.

As-tu pu intervenir dans des écoles ? Quels sont les premiers retours ?

J’ai réalisé des interventions avant de lancer « Les P’tits Potes », ce qui m’a convaincu de lancer ce projet. J’ai eu l’opportunité d’intervenir auprès d’adultes et d’enfants, notamment en maternelle et en primaire.. Les interactions étaient positives, les enfants posaient des questions pertinentes et l’accueil était chaleureux, même de la part des adultes, qui apprécient la facilité d’accès et la clarté des échanges. Ces interventions laissent une trace et sèment des graines pour une meilleure compréhension et une sensibilisation naturelle des enfants.

Je propose des conférences clé en main sur des thèmes comme l’empathie et le handicap, ainsi que des interventions personnalisées. Actuellement, je prépare une conférence pour un public de maternelle, à la demande des familles des enfants inclus dans ces classes. Cette conférence mettra l’accent sur le handicap tout en mettant en avant les enfants inclus, construisant ainsi un dialogue inclusif et enrichissant. Ces conférences sont flexibles et adaptables, offrant une expérience personnalisée et enrichissante. 

En tant que résidente du Cantal, avec tant d’écoles en France, les possibilités semblent infinies. As-tu envisagé des solutions clés en main pour les écoles lorsque tu ne peux pas te déplacer en personne ? Peut-être des ambassadeurs ou des kits de communication pour étendre l’impact des P’tits Potes ?

À terme, mon objectif est de créer une sorte de franchise pour former des intervenants à partager l’ambiance authentique des “P’tits Potes ». Je reste attentive à la manière dont le handicap est abordé, privilégiant l’authenticité. Sur le site lesptitspotes.org, je propose un pack d’intervention de sensibilisation comprenant un guide d’intervention clé en main pour les enseignants, avec des outils et des réponses suggérées pour aborder la thématique de l’inclusion en classe.

Aurais-tu des anecdotes à nous partager, qui illustrent l’impact de tes sensibilisation auprès de ton jeune public ?

J’ai reçu un message touchant d’une maman qui m’a raconté que son fils attend avec impatience les vidéos des “P’tits Potes” chaque mercredi, seulement un mois après leur lancement. Les retours des parents sur mes vidéos, me touchent profondément. 

“Permettre aux enfants concernés de comprendre leur handicap est crucial.” car “Les P’tits Potes” se veulent accessibles à tous, en étant un relai de parole sans prendre leur place.

Comment parviens-tu à concilier ton rôle de maman, ta carrière d’illustratrice et “Les P’tits Potes”? Quels sont tes défis quotidiens et comment t’organises-tu pour les surmonter ?

Je dois adapter ma vie professionnelle en fonction des besoins de mon fils Eliott. Aujourd’hui il est scolarisé en unité d’enseignement élémentaire autisme, et ça se passe très bien, mais mes journées sont courtes. En effet, il est à l’école de 9h à 15h45 et il ne peut pas prolonger sa journée à l’école et pendant les vacances scolaires, il ne peut pas aller au centre aéré, parce que ce sont des journées trop éprouvantes pour lui. 

Mon TDAH me permet de travailler rapidement, mais parfois je ressens de la frustration à devoir arrêter tôt pour le récupérer. Malgré cela, nous avons trouvé un équilibre avec mon mari pour que je puisse continuer à m’épanouir tout en prenant soin d’Eliott.

Est-ce que ton expérience avec Eliott t’inspire et t’apporte des compétences supplémentaires dans ton travail ?

 Ah oui ! Sans lui (Eliott), je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. Quitter un CDI, se retrouver sans emploi, c’est compliqué quand ce n’est pas un choix personnel. Mais aujourd’hui, j’adore ma vie, tant sur le plan professionnel que personnel. Je ne la changerais pour rien au monde.

Est-ce que tu aurais des conseils à donner à d’autres parents qui se trouvent dans une situation similaire à la tienne, et qui cherchent également à poursuivre leurs aspirations personnelles tout en prenant soin de leurs enfants ou de leur conjoint ?

Je ne suis pas certaine de pouvoir offrir des conseils, car la situation est complexe. Il est crucial de reconnaître et de valider ces difficultés. Les défis sociaux, financiers et quotidiens sont nombreux, surtout en tant qu’aidant. Accepter que notre vie est différente est essentiel pour comprendre et s’adapter. Il est possible de s’organiser et de trouver des solutions pour s’épanouir en tant qu’individu, mais cela demande du temps et du soutien.

Est-ce que tu aimerais partager avec nous tes projets ou initiatives futures ? As-tu déjà dessiné ton année 2024 ? Quels sont tes principaux objectifs ? 

Pour l’année 2024, mon principal objectif est de développer “Les P’tits Potes”. Je consacre beaucoup de temps et d’énergie à ce projet, en refusant même des contrats d’illustration pour lui donner toute ma priorité. Bien que cela implique une réduction de mes revenus, je crois fermement en la pertinence et au potentiel de ce projet. J’ai confiance en mes compétences et expériences, et je suis déterminée à lui donner toutes les chances de réussir.

Actuellement, je me concentre sur la communication des “P’tits Potes” et je suis très attentive aux retours et aux besoins. J’ai lancé quelques outils, mais je les ai restreints pour pouvoir évoluer progressivement en fonction des besoins identifiés, ce qui demande du temps.

Aujourd’hui, “Les P’tits Potes” c’est principalement pour les enfants. Mais as-tu prévu d’élargir ta cible ? 

Oui tout à fait,Les P’tits Potes” sont en projet pour être adaptés aux adultes, tout en conservant leur authenticité. Je développe des outils sur mesure pour répondre aux besoins des adultes qui ont également besoin d’une explication simple et accessible.

Mais je crois qu’il faut aussi savoir se positionner sur ce qu’on sait faire et sur le public qu’on connaît, dans les limites de nos compétences

En parlant aux enfants, on s’adresse également aux adultes de demain, aux futurs chefs d’entreprise, aux futurs parents et aux futurs collègues. Il est regrettable de constater que la sensibilisation intervient souvent après qu’un problème soit survenu, comme le harcèlement. Ne serait-il pas possible de sensibiliser préventivement pour éviter ces situations?

Le mot de la fin.

“Je crois fermement, que ce soit à un jeune âge ou à l’âge adulte, il est crucial de reconnaître nos différences physiques, sociales et d’expérience de vie. Il est essentiel de dépasser les stéréotypes et les préjugés pour véritablement comprendre autrui. Je suis convaincue que le monde ne pourra s’améliorer que si nous faisons preuve d’empathie les uns envers les autres.”

Merci pour ton témoignage à ton image : authentique et humain.

Les derniers articles

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la newsletter de Coline Care est confirmée.

Maximum deux e-mails par mois

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la newsletter de Coline Care est confirmée.

La newsletter qui handi-long

Maximum deux e-mails par mois